Vous avez créé vos campagnes publicitaires et conçu vos landing pages.

Convertissent-elles autant que vous le souhaitiez?

Si ce n’est pas le cas, c’est que vous commettez peut-être l’une des erreurs suivantes.

Erreur n°1 :  vous avez plusieurs objectifs sur une même page

Une landing page doit avoir un seul but :

  • l’inscription à un séminaire
  • l’achat d’un produit ou d’un service
  • l’abonnement à une newsletter ou à une liste de diffusion (pré-lancement d’un produit ou d’un logiciel par exemple).

Cela signifie que tout ce qui incite à cliquer ailleurs va à l’encontre de l’efficacité de la landing page.

« Même un bouton de partage sur Facebook ou Twitter? »

Oui !

Ces boutons comptent comme autant de CTA (call-to-actions) qui entrent en conflit.

C’est d’ailleurs la même chose pour votre barre de navigation et votre pied-de-page.

Tous ces éléments sont des distractions : or une landing page réussie est une page qui capture l’attention du visiteur et le guide « naturellement » vers le résultat attendu.

[bctt tweet= »Pour réussir votre landing page, choisissez 1 objectif et 1 seul #conversion #landingpage« ]

Erreur n°2: votre page ne correspond pas à la promesse faite en amont (campagne PPC)

On appelle ça le « message match ».

Si votre annonce Google AdWords annonce un « outil de test A/B sans compétence technique« , envoyez-moi vers une landing page qui reprend quasi mot pour mot cette promesse.

Regardez par exemple ce qu’il se passe sur une recherche de « solution ab testing »

message-match-landingpage-adwords-abtasty

 

L’annonce d’AB Tasty propose 30 jours d’essai gratuit et une mise en ligne des tests en 5 minutes. Le problème est que la landing page ne correspond pas à la publicité spécifique : elle renvoie en fait vers la homepage du site.

Voici la page sur laquelle je tombe avant de scroller :

landing-page-optimisation-abtasty

 

Pour la rendre plus efficace aux yeux des visiteurs qui ont cliqué sur l’annonce, il faudrait par exemple tester :

  • la suppression de la navigation
  • un titre qui reprend la promesse : 30 jours d’essai gratuit + mise en ligne en 5 minutes
  • la suppression des CTA multiples (créer un compte? planifier une démo?)
  • la suppression des articles de blog et autres éléments de distraction sur lesquels on tombe en scrollant le long de la landing page.

Erreur n°3: votre bouton d’appel à l’action est trop faible

S’il est à peine visible ou ne met pas assez en avant les bénéfices du clic, votre bouton d’appel à l’action (CTA) ne va pas être assez efficace.

  • Choisissez une couleur contrastée
  • Utilisez un verbe d’action (obtenir, recevoir, commencer à…)
  • Optez pour une formulation qui met en avant le résultat attendu, plutôt qu’un terme générique tel que « valider », « s’inscrire » ou « envoyer ».

Et souvenez-vous de ce principe pour renforcer la puissance de votre bouton : dites aux gens ce qu’ils vont obtenir plutôt que ce qu’ils doivent faire.

Erreur n°4: vous n’avez qu’un seul CTA sur une longue page

Placer un seul bouton fonctionne si votre landing page est très courte.

Mais si ce n’est pas le cas et que vous développez plusieurs arguments de vente, il est important de répéter ce bouton dans les différentes sections, et ce jusqu’à la fin.

Erreur n°5: vous demandez trop d’informations

Aussi tenté que vous soyez de récupérer un maximum de données sur vos prospects, ne demandez que les informations dont vous avez vraiment besoin dans le cadre de l’offre.

Chaque question que vous posez doit être indispensable à la bonne livraison de votre produit, service ou e-book.

Pour le reste, soyez patient : une fois obtenu l’email d’un prospect, vous aurez d’autres occasions d’en apprendre plus sur lui !

[bctt tweet= »Une landing page n’est pas un support pour vos études de marché. Limitez les champs à remplir« ]

Conclusion

En gardant ces pièges en tête, vous augmenterez considérablement l’impact de vos landing pages. Avez-vous déjà pris en compte ces éléments? Quels résultats avez-vous constatés ?

Partagez votre avis en me laissant un commentaire ci-dessous !

(c) image Trading Academy